Rendez-vous au dernier carrefour

Forum consacré à Hubert-Félix Thiéfaine.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Style is War

Aller en bas 
AuteurMessage
Arnaud
T'essayais de demander du feu à un teckel


Nombre de messages : 1773
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Style is War   Dim 1 Nov - 9:46

En parcourant la toile, on tombe parfois sur des choses bizarres ou originale et j'aime bien vous faire part de mes trouvailles ...
Je ne pensais pas qu'en 2009 HFT investirai le net de cette façon Wink

Le site c'est celui-là : http://style-is-war.forumactif.org/
Mais le texte dont je recopie un extrait vient de cette page :
http://school-of-new-york.forumsactifs.net/demandes-de-partenariat-acceptees-f228/style-is-war-t20682.htm

Citation :
Un jour, un jour comme les autres, Hubert-Félix Thiéfaine, 60 ans, chanteur de rock français peu médiatisé, fut pris d’une douleur insoutenable dans le bas ventre. Il fut vite transporté à l’hôpital. Après maintes analyses, le verdict tomba. Il était le porteur d’un nouveau virus qui rongeait les adultes de plus de vingt ans de l’intérieur, et qui touchait les plus jeunes en stoppant leur croissance. Il était très contagieux, et fut nommé V-X666 L’homme fut mis en quarantaine, sa famille n’ayant pas été touchée et on en parla plus…Pendant quelques jours.
Car, en Allemagne, à Berlin, pendant un festival de musique, le virus foudroya plus de vingt personnes. Dont beaucoup d’artistes. A ce festival étaient notamment présents les groupes Cinema Bizarre et Tokio Hotel. C’est là que commence réellement notre histoire. Celle des Néanteurs et des Passeurs.
Ces deux groupes ne furent pas les seuls touchés. Des spectateurs, et plus particulièrement une classe française en voyage scolaire à Berlin ayant quartier libre pour les concerts…
Les malades étant de beaucoup de nationalités différentes l’ONU se rassembla en réunion extraordinaire et une décision fut prise : il fallait rassembler tous les malades dans un seul endroit. On découvrit à ce moment là que la maladie donnait également d’étranges pouvoirs. Variables selon les personnes
La ville Allemande de Lüneburg comptait beaucoup de malades, il fut donc décidé qu’on viderai la cité des gens en bonne santé, et que l’on y mettrai les malades.
Ce fut fait en quelques semaines.
Ayant posé le pied sur le sol de sa nouvelle prison, Sebastian Goldberg, alias Strify, chanteur de Cinema Bizarre, déclara :

-Elle s’appellera Style is War. Il se retourna vers Bill, qui sortait à sa suite : Car je ne m’abaisserai pas à vivre avec toi. Maintenant, le style c’est la guerre. Entre toi et moi, entre ton groupe et le mien.

Il se mit soudain à parler plus fort et à se tourner vers le camion ambulance qui transportait les malades, pour que ceux-ci l’entendent :

-CHOISISSEZ VOTRE CAMP, LES JEUNES ! LES VIEUX VONT CREVER ET NOUS POURRONS CONTROLER LA VILLE ! MAIS AVANT, JE VEUX REDUIRE EN ESCLAVAGE CEUX QUI SUIVRONT LES TOKIO POUBELLE !

Bill, qui jusque là, s’était tu et avait sombré dans une profonde déprimer en apprenant sa maladie, riposte :

-Tu veux la guerre, Strify ? Très bien ! Qui est avec moi ? Wo sind eure Hände? Mon clan s’appellera les Néanteurs

Ainsi la guerre démarra. On garda donc le nom de Style is War pour la ville…Les adultes se réfugièrent dans leurs maisons, tentant en vain de se soigner. Pendant qu’ils se mouraient à petit feu, les adolescents, restés en ville, se faisaient la guerre, se volant la nourriture peu abondante, les armes…Et les découvertes. Car les deux clans avaient récupéré des laboratoires et s’en servaient pour faire des expériences. Pas forcément scientifiques. Les pouvoirs que certains avaient acquit avec la maladie leur permettaient de se servir de l’énergie magique, que les personnes normales ne sentent pas. Ils jouaient donc un peu beaucoup aux apprentis sorciers et tentaient de trucs bizarres… Et la plupart du temps, cela foira. Les deux plus conséquente furent provoquées, l’une par les Néanteurs, l’autre par les Passeurs.
La première expérience ratée, fut donc celle de Bill. Il voulait essayer de faire en sorte que chacun puisse se transformer en animal. Il ne réussit qu’à faire une grande explosion qui assomma tous les habitants de la ville. A leur réveil, ils constatèrent qu’un animal, un daemon, comme dans « La croisée des mondes » leur était lié. Il avait prit la forme de leur personnalité, et ils ne pouvaient plus s’en séparer. Ils ressentaient les mêmes émotions et pouvaient parler par télépathie. Désormais, chaque nouveau malade entrant à Style is War se retrouvait affabulé d’un daemon, pour reprendre l’expression originale de Philip Pullman.
Le deuxième raté fut provoque par Kiro et Yu qui essayaient de ressusciter un mort. Ils créèrent une sorte de faille entre la mort et la vie, et des fantômes en sortirent. Ils n’étaient pas méchants, et, pour la plupart, ils étaient d’anciens malades de la ville. Ils pouvaient communiquer avec les vivants et décider d’en habiter un et de le protéger. Ce que tous firent. Ainsi ils avaient une enveloppe charnelle à partager, ce qui les satisfaisait, c’était mieux que rien.



We’re all Toyz

« Nous étions fossoyeurs d’un monde à l’agonie »

Kapitel 2.


Les années passèrent. La guerre continuait, sans dominance de l’un des deux clans. Il y eut beaucoup de pertes dans des batailles inutiles. Il n’y avait presque plus d’adultes à Style is War. L’ONU ne s’occupait presque plus des malades, et la vie devenait de plus en plus dure…Jusqu’au jour où l’ONU découvrit que la maladie avait réussi à sortir de la ville. Les malades n’étaient donc pas assez isolés. On décida alors de déplacer les malades. Tous furent transférés dans une appartenant au Japon, où les dégâts nucléaires de la bombe d’Hiroshima étaient terribles. Ici, on en entendrai plus parler.
Les Style is Wariens avaient appris à construire et à maitriser une technologie assez avancée. Ils rebâtirent une ville. Ce qu’ils n’avaient pas prévu, c’était que les restes nucléaires mélangés au virus créèrent des créatures malfaisantes et dénuées de sentiments, qui ne vivaient que pour détruire les humains. Ils furent nommés « Alligators 427 » en référence à une chanson d’Hubert-Félix Thiéfaine. S’ils touchent un humain, il deviens un « Humanoid » sa peau devient métallique et il perd peu à peu sa nature humaine, lentement. Les Style is Wariens peuvent ralentir ce processus grâce à un liquide qu’ils ont conçu eux-mêmes. Mais ce qu’il faudrait pour guérir totalement ce fléau se trouve sur Pluton, la planète qui n’en est pas une…Alors à présent, il faut se battre contre le virus, contre les Alligators, contre la maladie Humanoid, contre le camp opposé…Et contre un fléau qu’il est encore plus difficile de contrer…La fécondité. Eh oui. Lorsqu’un petit groupe de jeunes gens se retrouvent livrés à eux-mêmes…Ca finit par donner des enfants. Alors, prêts à vous tuer en combattant le nucléaire ? A construire un vaisseau spatial pour combattre l’Humanoid ? A enfin trouver un remède au virus ? A aimer, à haïr ? Entrez dans le monde de plus en plus sombre de Style is War.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Style is War
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Info] Bill : nouvelle coiffure, nouveau style : photos !
» weiss style 2 Ermanno Pasqualato (et footdrums)
» Continental Tricone Style 1 (CS-1)
» Weissenborn Style One, Martin & Gretsch
» conseils pour achat lapsteel weissenborn style

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rendez-vous au dernier carrefour :: La philosophie du chaos :: J'prends des notes sur la chute des tuiles-
Sauter vers: