Rendez-vous au dernier carrefour

Forum consacré à Hubert-Félix Thiéfaine.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Arabesque
Vire cette pierre de ton coeur
avatar

Nombre de messages : 6033
Age : 48
Localisation : de l'autre côté du passage obscur
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011   Jeu 27 Oct - 9:03

PK a écrit:
Arabesque a écrit:
PK a écrit:
C'est pour cela que je ne fréquente plus les devants de scènes, trop de bourrés lourdeaux. Perso, quand je suis bourré, je suis cool (je l'étais samedi clown )

Dommage de ne pas avoir croisé les habitués d'ici, j'ai cherché le chapeau du Doc mais rien vu...

J'aurais bien fait connaissance avec Babesque...

A+

T'étais où PK ???

et j'ai lu que tu quittais Marseille, on se verra pas non plus le 25 novembre alors....

On s'est pourtant croisé à Bercy, tu étais avec Tommie mais bon j'ai pas osé...

Dans la salle ? moi, j'étais avec Gene, Soph et Foxy à la barrière, à droite.
Sinon, dans la file j'étais un peu avec tout le monde, j'ai pas mal bougé.
C 'était à la fin que tu m'as vue avec Tommie ?
Tu aurais du venir!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/brumehivernale
PK
Tu cuis ton coeur au bourre-couillon
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 41
Localisation : La tête mouillée entre tes cuisses
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Re: HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011   Jeu 27 Oct - 9:37

Je t'ai vu avec Tommie un peu avant le début du concert (enfin, je pense que c'était toi...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabesque
Vire cette pierre de ton coeur
avatar

Nombre de messages : 6033
Age : 48
Localisation : de l'autre côté du passage obscur
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011   Jeu 27 Oct - 10:02

effectivement, à un moment, je me suis posée à la barrière tout devant avec Tommie et Elsa. Et toi, t'étais dans la file ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/brumehivernale
PK
Tu cuis ton coeur au bourre-couillon
avatar

Nombre de messages : 866
Age : 41
Localisation : La tête mouillée entre tes cuisses
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Re: HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011   Jeu 27 Oct - 10:07

C'était dans la salle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca_fraise
T'as encore frisé l'overdose
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 43
Localisation : Quelque part entre le terre et la lune
Date d'inscription : 02/10/2011

MessageSujet: Re: HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011   Jeu 27 Oct - 20:32


La date pour METZ, c'est pas tout de suite !! Y aura déjà des com' ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antigone
Tu rentres de tes insomnies
avatar

Nombre de messages : 309
Age : 44
Localisation : Sur l'éternel quai de gare
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011   Jeu 27 Oct - 22:44

Rebecca_fraise a écrit:

La date pour METZ, c'est pas tout de suite !! Y aura déjà des com' ?

Pas encore de com', non.
Par contre, tu y trouveras la liste des habitués du forum qui ont indiqué leur présence là-bas.

Et puis, pour organiser des choses se rapportant à ce concert (rencontre, etc...), le mieux c'est quand même de poster dans le fil qu'Adrien a créé spécialement (enfin je trouve ...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabesque
Vire cette pierre de ton coeur
avatar

Nombre de messages : 6033
Age : 48
Localisation : de l'autre côté du passage obscur
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011   Ven 28 Oct - 10:06

PK a écrit:
C'était dans la salle.

exact. Ben c'est bête que tu sois pas venu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/brumehivernale
Arabesque
Vire cette pierre de ton coeur
avatar

Nombre de messages : 6033
Age : 48
Localisation : de l'autre côté du passage obscur
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011   Ven 28 Oct - 10:09

Adrien a écrit:
Fraichement débarqués à Paris Vendredi soir un peu après 20h, avec ma moitié, nous nous sommes rendus illico à notre hôtel. Nous y sommes restés pour la soirée, entre fatigue de la semaine pour l’un (ou plutôt l’une), et insupportable impatience pour l’autre. Cela faisait quinze jours qu’après le magnifique concert de Bruxelles le Samedi 8 Octobre dernier, je trépignais d’impatience à l’idée de voir et d’entendre ce qu’allait donner le show parisien. Et quel show parisien, Bercy, treize ans après le magistral concert de 1998 auquel je n’ai pas assisté non seulement parce que je n’étais pas passionné par l’œuvre de Thiéfaine à l’époque mais aussi et surtout parce que je n’avais que huit ans le 11 décembre 1998 ! C’est uniquement au travers de la très bonne vidéo et de l’indispensable double live que j’ai observé la dimension que prenait un concert de Thiéfaine dans une salle aussi grande que Bercy. J’avais donc clairement hâte de voir ce que ça donnerait tout en m’efforçant de recadrer les choses, c’est-à-dire de ne pas m’attendre à un remake de 1998, qui était un concert anniversaire, contrairement à cette date d’hier soir, qui devait être une « simple » date de tournée, qui n’aurait d’événementiel que le fait de se dérouler à Bercy.
Nous sommes arrivés sur place un peu après 11h Samedi matin. Je dois dire que vue de l’extérieur, j’ai toujours été impressionné par cette salle. Le temps d’un petit-déjeuner copieux au « Bercy Café » et d’une salutation amicale au Doc et nous voilà dans la file d’attente de la porte 27, parmi les dix premières « groupies qui l’attendent hystériques ». Sous un froid qui semble plus froid qu’il ne l’est quand on sait qu’on va devoir l’affronter pendant plus de six heures, c’est l’occasion de faire la connaissance d’aficionados jamais encore croisés (Tieum, Arnaud, Isabelle, Yannig entre autres…) et de retrouver avec un immense plaisir des gens avec qui on aime passer du temps depuis plusieurs évènements autour de Thiéfaine (Reynald & Diane, Doc, Elsa, Yoann, Babesque, Sam, Kat…). C’est l’occasion aussi de faire de nouvelles rencontres et de se chauffer un peu les cordes vocales pendant de longues heures de patience. Et elles furent longues ces presque sept heures d’attentes avant qu’à 18h30, et alors que la file d’attente pour l’entrée en fosse déborde jusqu’au parc avoisinant la salle, on nous ouvre enfin les portes. Désarmé de mon sac et de mes affaires personnelles par ma moitié qui prendra le temps de me rejoindre en fosse, c’est parmi les dix premières personnes à entrer dans Bercy que je me fais brièvement fouiller avant d’entamer un sprint irréfléchi à toute vitesse dans les couloirs de Bercy, puis le long de la fosse, pour atterrir collé à la barrière devant la scène, exactement au milieu, sous le micro d’Hubert, en prenant soin de réserver devant moi une petite place d’honneur ma chérie. Toute la joyeuse troupe semble être heureuse de sa place et pendant que les gens entre dans la salle, le groupe Archimède est encore sur scène, à régler quelques détails de sonorisation avant de quitter la scène en vitesse. La fosse se remplit à un débit modéré. Les gradins eux, se remplissent très lentement mais néanmoins sûrement. Premier constat : Depuis Bruxelles, les lumières sur scène ont été renforcées, un écran géant qui couvre presque la largeur de la scène est placé derrière les instruments du groupe. C’est un écran morcelé, qui laisse entrevoir ce qui se passe derrière et il est attaché à un système de traction qui doit sans doute pouvoir le faire monter et descendre. La fosse est quasi pleine et les gradins continuent de se remplirent quand, un peu après 20h, le groupe Archimède se présente sur scène pour assurer la première partie de « cet immense Monsieur » qu’ils remercient vivement à plusieurs reprises. Le groupe n’est pas au complet. Sur scène, il y a un chanteur, un guitariste (frère du chanteur) et un bassiste. Le guitariste et le bassiste assurent les chœurs. On a pu voir le groupe jouer récemment au côté d’Hubert dans l’émission Taratata sur « Loreleï Sebasto Cha ». Ce sont trois jeunes hommes, à peine la trentaine je pense, avec pas mal d’assurance, mais conscient que le fait d’assurer la première partie d’un artiste au public aussi exigeant que celui d’Hubert-Félix Thiéfaine n’est pas un pari gagné d’avance : « On ne va vraiment pas rester très longtemps. Une demie heure tout au plus. Peut-être même vingt minutes ». Sur des mélodies somme toute sympathiques, les textes chantés sont habilement écrits. Bien sûr, j’imagine que le public d’Hubert, venu voir Hubert, n’était pas très heureux d’avoir à attendre trois quarts d’heure de plus avant qu’arrive ce dernier mais, personnellement, j’ai essayer de m’ouvrir à ce groupe qui nous a été proposé sans préjugé ni aucune comparaison avec l’œuvre d’Hubert qui n’a, non seulement strictement rien à voir mais qui, en plus est à mon sens unique et incomparable. Les thèmes abordés sont assez banals. Une petite préférence en ce qui me concerne pour la chanson sur le bonheur, en ce qui concerne les textes. Musicalement, j’ai bien aimé celle sur le fait de trouver « chaussure à son pied ». Dès le début de cette première partie, j’ai trouvé dans la dégaine, mais surtout dans la voix et le débit de paroles du chanteur, quelque chose de très « Aubérien » à l’époque de Téléphone. Je l’ai vraiment pensé dès les premiers titres, me disant qu’Aubert devait être une influence majeure pour eux et en particulier pour le chanteur. J’étais content de pouvoir penser n’être pas complètement à côté de la plaque lorsqu’ils ont repris « Hygiaphone ». Sympathique reprise, mais il manquait un batteur pour donner un peu de punch à tout ça ! Après un peu plus d’une demi-heure, ils s’en vont pour laisser place à Thiéfaine. J’ai ouvert mon esprit éclectique pendant 45 minutes, mais il me tardait déjà de renouer avec mes « Ombres Du Soir », mes « Alligators » et ma pote « La Fille Du Coupeur De Joints ». Vingt minutes d’attente durant lesquelles je fût impressionner de voir le monde, impressionner de voir cette énorme salle (presque) remplie pour Hubert. Bien sûr, j’avais déjà vu ça sur le DVD de 98. Mais le voir, et y être c’est autre chose. La fosse me semblait bien pleine, mais peut-être certains, placés plus au fond pourront me contredire. Quant aux gradins, il manquait peu de monde pour que la salle soit vraiment comble. D’autant que 1500 absents dans une classe de 17000, c’est pas exceptionnel !
A 21h03 (soyons précis), les lumières de la salle s’éteignent dans des cris de joie exceptionnels. Les musiciens entrent en scène (à noter que, depuis Bruxelles, la batterie de JP FANFAN, a été décorée de l’intitulé de la tournée). Les lumières sont, en effet, plus importantes, l’introduction de « Annihilation » est amorcée alors que l’écran géant se balade sur les mots « HOMO PLEBIS ULTIMAE TOUR ». Quand Hubert arrive sur scène c’est l’apothéose, un accueil triomphal qui le réjouit et semble le mettre en confiance face à cet événement qui, on l’imagine, génère du stress. Il entame avec perfection cette version de « Annihilation » qui pendant plus de neuf minutes nous fait entrer en la matière : Les mots de Thiéfaine ce n’est pas du consensuel, c’est fouiller dans l’absurdité humaine pour en ressortir conscient, et donc déjà plus grand. Quelle superbe entrée en la matière.
Hubert fait face à son public et entame « Fièvre Résurrectionnelle » tirée du nouvel album « Suppléments De Mensonge » dans une version retravaillée depuis le concert auquel nous avons assisté à Bruxelles. Moins proche de l’originale, plus en force, notamment par le jeu à la batterie. Une version sans doute plus disposée à faire vibrer Bercy, et ça n’a pas loupé puisque tout le monde reprend le refrain en chœurs. Sur l’écran la photo de la pochette de l’album live « Au Bataclan » est projetée et fait face à la lune.
Ensuite, retour nostalgique à la période « Soleil Cherche Futur » avec « Loreleï Sébasto Cha » (elle aussi, retravaillée depuis Bruxelles) dans un ton plus rock et « Soleil Cherche Futur » justement. L’engouement de la salle fait plaisir à voir et à entendre et cela se ressent sur le visage d’Hubert. L’écran géant laisse apparaître des images du concert en direct, filmée un peu sauvagement mais qui donne un bon rendu d’ensemble et permette aux personnes qui se trouvent loin de la scène de bien voir l’artiste qu’ils sont venus applaudir.
Ensuite l’écran se lève et laisse apparaître derrière lui un petit orchestre de cordes, composé d’une quinzaine de musiciens pour « Infinitives Voiles » après qu’Hubert nous dévoile tous les secrets de la composition de ce show qui aurait pu ne durer que douze minutes ! L’initiative des cordes est excellente et rend bien sur scène, mais personnellement, du premier rang de la fosse, sur ce titre, je ne les ai pas entendus. Leur présence s’est faite remarquée sur le titre suivant « Petit Matin 4.10 Heure D’Eté » où les violons donnent une dimension bien plus forte au texte très triste mais tellement magnifique de ce titre. Chialant. Ma moitié en a versé une larme, pourtant ce n’était pas la première fois qu’elle entendait cette chanson, c’est le moins que l’on puisse dire !
« Le Chant Du Fou » vient détendre l’atmosphère. Le chiffre « 17 » se fige sur l’écran, et Hubert nous offre une interprétation de grande qualité de cette chanson. J’aime particulièrement retrouver ces expressions de visages complètement déjantées sur scène. Il vit ce qu’il chante. Ce titre me fait d’ailleurs penser qu’Hubert ferait un très bon acteur !
L’invité de la soirée (puisqu’il viendra jouer sur scène aux côtés d’Hubert à deux reprises) c’est JP NATAF, compositeur (entre autres) de « Confessions D’Un Never-Been » qu’il vient jouer à la guitare sur scène. Quand Hubert balance « J’ai volé mon âme à un clown » la photo de la pochette de l’album « De L’Amour De L’Art Ou Du Cochon » où Hubert arbore fièrement le nez de clown est projetée à l’écran.
Alors que JP NATAF quitte la scène, une version quasi identique à celle du live de 1983 de « Les Dingues Et Les Paumés » et entamée. Une basse très lourde et une batterie allégée sur fond d’images de nuit d’orage que l’on aperçoit sur l’écran géant. Génial !
Hubert nous explique ensuite que le titre qui va suivre lui a été inspiré par un proche sur qui s’est abattu la maladie d’Alzheimer et dédie cette chanson aux malades et à leurs proches. Il s’agit bien sûr de « L’Etranger Dans La Glace » où les violons reviennent de plus belle pour redonner à ce titre toute sa splendeur originale.
Après une recommandation sur l’usage des champignons, et alors qu’une magnifique Amanite Phalloïde prend place sur l’écran géant, Hubert entonne « Sweet Amanite Phalloïde Queen ». Le public chante à l’unisson. Une véritable communion entre l’artiste et son public.
L’atmosphère se réchauffe encore davantage lorsqu’est entamé la version très blues de « Solexine Et Ganja » qui en ravira plus d’un. Hubert se lance à des acrobaties à l’harmonica bien que la salle peine à décoller complètement sur ce titre.
Pas grave, le vrai décollage c’est pour « 113ème Cigarette Sans Dormir » où là, l’ambiance fût réellement à son comble. On enchaîne avec « Narcisse 81 ». Excellentissime !
JP NATAF revient pour jouer avec Hubert un autre titre sur lequel il a posé sa musique : « Garbo XW Machine ». On peut le dire, Hubert maîtrise pleinement ce titre maintenant après un début difficile à Brest. Déjà à Bruxelles c’était nickel. On sent que pas mal de réécoutes et de répétition on était de mise pour rectifier le tir et le résultat et franchement bon !
« Le petit Tita Dong Dong » , plus si petit que cela, est à l’honneur sur « Mathématiques Souterraines » où il vient rejoindre son père sur scène, cette fois à la guitare, alors qu’il était annoncé comme un « souffleur » pour un titre composé dans l’après-midi ! Beau moment de complicité entre Lucas et son père sur ce titre. Emotions d’Hubert palpable lorsqu’il (re)présente son fils à son public qui le connaît déjà bien pour ses prises de position derrière la batterie depuis son plus jeune âge : « Il a grandi le petit Tita Dong Dong, Lucas Thiéfaine ».
Une autre variété de champignons est ensuite expérimentée. Plus commune celle-ci puisqu’il s’agit de « Ta Vamp Orchidoclaste », joyeusement reprise par le public de Bercy.
« La Ruelle Des Morts », single promotionnel de l’album « Suppléments De Mensonge », celui qui, il y a bientôt un an, nous annonçait le retour d’Hubert avec un nouvel album, une tournée et un Bercy. Avec les cordes derrière, la version jouée est exactement la même que sur l’album. Des bribes du clip officiel sont projetés sur l’écran pendant le morceau.
Hubert reprend ensuite ses accents déjantés pour « Autorisation De Délirer ». « Demain, nous reviendrons… Avec des revolvers au bout de nos yeux… Morts… ».
Un très lourd fond de basse qui prend la cage thoracique envahit l’atmosphère, une usine pétrochimique ou un semblant de centrale nucléaire est projetée sur l’écran, et Hubert entame, ou plutôt nous entamons avec lui : « Alligators 427 aux ailes de cachemire safrans, je grille ma dernière cigarette. Je vous attends ! Sur cette autoroute hystérique qui nous conduit chez les mutants j’ai troqué mon cœur contre une trique. Je vous attends ! ». La gravité des mots est accentué par la simplicité des images projetées : Toujours cette centrale, puis des flammes, puis un alligator recouvert de flammes. Même si le texte est déjà très imagé, ce qui est projeté concrétise les paroles d’Hubert, en avance en 1979, et toujours d’actualité, même si déjà un peu tard aujourd’hui. Il nous salue chaleureusement alors que la musique grave de ce morceau persiste et s’en va silencieusement.
Il revient aussi vite pour le rappel sur « Les Ombres Du Soir ». Départ un peu difficile mais très vite, il se rattrape et nous transporte littéralement avec lui.
Puis c’est l’hymne, repris par les quelques 15 000 chœurs de Bercy : « La Fille Du Coupeur De Joints » dont on ne se lasse pas.
Il repart. On le rappelle plus longuement cette fois avant qu’il se décide à revenir sur scène. Cette fois, il arbore fièrement le tee-shirt promotionnel de la tournée, sur lequel son propre visage est imprimé pour nous chanter « Lobotomie Sporting Club », on peut déjà y trouver une once d’ironie et de provocation qu’on lui connaît bien. Mais il ne s’y arrête pas puisque, pour clore ce show d’exception, il retire son tee-shirt, laissant apparaître son torse, nu, comme sur la pochette de « Suppléments De Mensonge », nous faire le même sourire provocateur avant d’essuyer généreusement sa transpiration, y compris sous les aisselles, puis de jeter toujours avec ce sourire très provocateur, son tee-shirt sale au premier rang de la fosse, ce qui fera un heureux qui pourra dire, s’il le souhaite devant l’objectif de l’appareil photo de Pascal Klein qu’il est complètement « merveilleux de se sentir piégé » !
Pour résumer, ce concert à Bercy était géant ! Il n’a rien du cru 98 en ce sens qu’il n’est pas un anniversaire, pas particulièrement évènementiel. C’est une date parmi d’autres de la tournée qui a pour évènements et exceptions le fait d’être jouée à Bercy, devant 15 000 personnes, avec un écran géant permettant de jouer sur l’aspect visuel des textes d’Hubert, un orchestre symphonique et un invité spécial pour l’occasion. Ce souvenir du 22 octobre 2011 restera gravé dans ma mémoire (comme tout concert d’Hubert de toute manière !). Il vaut mieux d’ailleurs car il n’y a pas eu de captation vidéo. En sortant, je me suis offert le tee-shirt daté du jour tiré à 400 exemplaires seulement pour Bercy : HF THIEFAINE PARIS BERCY 22 OCTOBRE 2011. Et j’ai pu observer que, ce n’est pas un mythe que les prix sont bien plus élevés à Paris. Les tee-shirts que j’ai payé 20 euros l’unité quinze jours plus tôt au Cirque Royal de Bruxelles était à 25 euros hier soir à Bercy. C’est sans parler du sweat qui lui a pris 10 euros en quinze jours !
Si je n’avais que quelques mots pour mettre un bémol à quatre pages de commentaires élogieux sur ce concert, je dirai :
1) Que j’aurais aimé que pour Bercy, il y ait quelques titres en plus que sur la playlist de la tournée (ne serait-ce que des titres déjà joués durant les derniers mois de promo comme « Je T’en Remets Au Vent » et « Le Jeu De La Folie » interprétées dans les studios RTL ou encore « Les Filles Du Sud » qu’il a joué sur deux ou trois dates de la tournée déjà). Qu’on creuse un peu l’œuvre en revisitant des titres comme « Ad Orgasmum Aeternum », « Stalag Tilt », « Animal En Quarantaine » ou « Maalox Texas Blues ».
2) Que l’écran géant était assez mal exploité. Un peu brouillon. Ca aurait pu être plus travaillé, plus développé. Je trouve un peu dommage d’avoir déployé autant de moyens pour l’exploiter si peu. L’impression donnée est un peu brouillonne même si il y a eu quelques grands moments avec de très bons visuels (je pense à l’entrée sur « Annihilation », à « Fièvre Résurectionnelle », à « Confessions D’un Never Been » et à « Alligators 427 » où là, c’était vraiment bien foutu et bien pensé).
3) Qu’on est si peu entendu l’orchestre symphonique (pas le nombre de titres mais le volume). Etait-ce du à ma place, trop proche de la scène pour bien entendre le rendu global ? Je ne sais pas.
Ca fait peu de bémols dans tant d’éloges.
Merci à Anne pour l’organisation de l’after (il fallait le faire, trouver un endroit proche de la salle où nous pourrions être près de trente à manger après minuit !). C’était fort sympathique de tous vous retrouver pour « laisser allumer » encore un peu après un moment aussi magique et chanter autour de David Starosta armé de sa six cordes !
Nous n’aurons peut-être pas d’album live ni de vidéo de Bercy, mais Cédric (de Sony) m’a dit qu’un album live et un DVD seraient sans nul doute d’actualité sur cette tournée.
Dans tous les cas, on gardera un magnifique souvenir de ce 22 OCTOBRE 2011 à Bercy et je dois avouer que le retour au boulot demain va être un peu difficile après tant d’émotions.



Up!! Superbe compte-rendu!! Merci de m'avoir accompagnée dans la file d'attente. La Vierge au Dodge, ça le faisait grave!!! Wink
Des bises, ainsi qu'à ta jolie chérie!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/brumehivernale
Invité
Invité



MessageSujet: Re: HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011   Ven 28 Oct - 22:59

Arabesque !
Revenir en haut Aller en bas
Arabesque
Vire cette pierre de ton coeur
avatar

Nombre de messages : 6033
Age : 48
Localisation : de l'autre côté du passage obscur
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011   Sam 29 Oct - 9:38

Eurydice a écrit:
Arabesque !

Bises!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/brumehivernale
Arabesque
Vire cette pierre de ton coeur
avatar

Nombre de messages : 6033
Age : 48
Localisation : de l'autre côté du passage obscur
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011   Sam 29 Oct - 9:41

Et je vous raconte même pas quand on a chanté la Nostalgie de Dieu "Dieu est Amouuuur!!Dieu est Amouuuuur"!! Les gens nous regardaient d'un air étrange... Ils pensaient sûrement que c'était un rassemblement chrétien ou un concert du groupe de hard catho avec des fringues à rayures (me souviens plus le nom....) Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/brumehivernale
Loreleï2
Tu voudrais franchir la lumière
avatar

Nombre de messages : 3263
Age : 44
Localisation : Chambre 2023
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011   Mar 1 Nov - 20:43

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011   

Revenir en haut Aller en bas
 
HPUT -> PARIS (75) - BERCY - 22/10/2011
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» LENNY KRAVITZ , Bercy 29 Novembre 2011
» Iron Maiden - Paris Bercy - 27 juin 2011
» Iron Maiden à Paris 27 et 28 juin 2011
» Paris Manhattan
» Video tournage Paris/Manhattan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rendez-vous au dernier carrefour :: J'ai tenté de m'abrutir dans la musique-
Sauter vers: